1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

Que pensez-vous du mariage ?

Discussion dans 'Débats' démarrée par lyka_lo, 3/1/18.

  1. lyka_lo

    lyka_lo Membre actif

    Inscription:
    7/1/17
    Messages:
    337
    Médias:
    1
    Genre :
    Appréciations:
    +80
    "Le mariage est une union conjugale rituelle et contractuelle, à durée illimitée ou indéterminée, reconnue et encadrée par une institution juridique ou religieuse qui en détermine les modalités. Le terme désigne à la fois la cérémonie rituelle, l’union qui en est issue et l’institution définissant les règles. C’est l’un des cadres établissant les structures familiales d’une société." (définition wikipédia)

    Il est à noter que le mariage pour tous (mariage homosexuel) est légal depuis 2013 en France.

    Dans la religion chrétienne, le mariage est un lien unique, privilégié, et incassable entre un homme et une femme qui choisissent de s’unir pour la vie, pour le meilleur comme pour le pire.

    Il ne s’agit pas d’un simple contrat, mais d’un engagement à rester ensemble toute sa vie, et de surmonter les difficultés ensemble. En effet, c’est un fait accepté que personne n’est parfait, et que, par conséquent, un mariage est un lien entre deux individus imparfaits, dans lequel les frictions sont inévitables. Sans compter que tout le monde change au cours de sa vie, et que ces évolutions font également partie du mariage.

    L’amour est ainsi vu comme un choix, celui de continuer d’aimer l’autre personne même dans les moments (inéluctables eux aussi) où les sentiments sont atténués ou absents, et de travailler pour le bien-être commun. A travers le mariage, l’homme et la femme mariés donnent tout l’un à l’autre, et illustrent ainsi la relation que le Christ a établi avec les hommes : celui d’un amour inconditionnel, éternel, et incassable.

    Aujourd’hui, cette vision sacrée du mariage n’est plus que très peu partagée.

    D’après les statistiques, l’âge moyen du mariage pour les femmes est passé à 35 ans, et à 37 ans pour les hommes (

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.

    ) Le mariage est souvent vu comme étant « inutile », voire « démodé ». Ainsi, de nombreux couples vivent ensemble, couchent ensemble, et font des projets de vie ensemble sans être mariés, ni même l’envisager. De ce fait, aucune attache réelle n’existe, et chacun des deux est libre de partir à tout moment.

    Le taux de divorce, quant à lui, a fortement augmenté, et « près de 45% des mariages finissent par un divorce ». (

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.

    )

    Alors, que pensez-vous du mariage ? Pensez-vous qu’il soit encore utile à l’heure actuelle ? Envisagez-vous de vous marier (ou êtes-vous déjà marié) ? Pourquoi, à votre avis, y-a-t-il autant de divorces de nos jours ?
     
  2. _LaFolleDu95_

    _LaFolleDu95_ Membre chevronné

    Inscription:
    29/8/17
    Messages:
    522
    Genre :
    Appréciations:
    +130
    Moi je pense que clés utile. Ça unie les liens. Et comme tu dis ils sont monins libres que les non-marié donc moins de chance de tromper
     
  3. Good Vibes Only

    Good Vibes Only Membre actif

    Inscription:
    15/10/17
    Messages:
    155
    Genre :
    Appréciations:
    +128
    Le fait d'être mariés n'empêche pas moins d'aller voir ailleurs
     
    • J'aime 3
  4. _LaFolleDu95_

    _LaFolleDu95_ Membre chevronné

    Inscription:
    29/8/17
    Messages:
    522
    Genre :
    Appréciations:
    +130
    Ouais, malheureusement. Mais après pour le divorce, les étapes c'est galère.
    Tandis que quand t'es libre ben t'as rien à faire pour le divorce.
     
  5. BeerHappy

    BeerHappy Membre actif

    Inscription:
    23/11/16
    Messages:
    461
    Appréciations:
    +279
    Le mariage n'a jamais eu comme motivation l'amour.
    Dans l'histoire et dans beaucoup de régions du monde, c'était surtout du commerce. (dot, ça permettait d'avoir des terres/des animaux, ça réglait les conflits entre les différents villages, etc), encore aujourd'hui en Inde par exemple, le mariage par amour n'existe pas (en tout cas il est mal vu) ou alors c'est juste un prétexte (pour la festivité par exemple) et en occident le mariage c'est surtout du business, parce que louer une salle, acheter une robe et l'organisation ça coûte du $$$.

    Pourquoi les gens divorcent-ils autant ? Peut-être parce que les mœurs ont évolué ? Peut-être parce qu'on a le choix de ne pas se lier éternellement à quelqu'un ? Peut-être parce que le mariage est facilement accessible ? Peut-être que les Disney ont dépeint le mariage comme quelque chose de "magique" alors qu'il n'en ait rien ?

    Mariage=/=Amour pour moi, on peut s'aimer sans jamais se marier, tout comme on peut se marier sans jamais s'aimer (par exemple, certains couples ne divorcent pas parce qu'ils ont des enfants à la charge, ou parce que celà compliquerait leur vie d'un point de vue matériel).
     
    • J'aime 5
  6. lyka_lo

    lyka_lo Membre actif

    Inscription:
    7/1/17
    Messages:
    337
    Médias:
    1
    Genre :
    Appréciations:
    +80
    @BeerHappy :

    Si on utilise quelque chose autrement que ce pourquoi ça existe à la base, est-ce que ça veut dire que le rôle originel de cette chose disparaît ?

    Prenons l'exemple du coca. Il s’agit d’une boisson, qui a été créée dans le but d’être bue. Toutefois, certains ont montré qu’on peut aussi l’utiliser en tant que détergent pour les toilettes. Est-ce que ça veut donc dire que le coca cesse d’être une boisson et qu’à présent il s’agit avant tout d’un détergent pour les toilettes ? Non. Il en est de même pour le mariage.

    Tout ce que tu décris (évolution des mœurs, ne plus avoir envie de se lier éternellement à quelqu'un...) ne se réfère pas à l'amour réel, mais à une vision égoïste de l'amour et des relations amoureuses.
    Pourquoi ? Parce qu'il s'agit surtout de chercher son propre profit. On se met et on reste avec quelque parce qu’il nous APPORTE quelque chose. Et au moment où ce n’est plus le cas, où on n’est plus satisfait par ce qu’on reçoit, on met les voiles pour aller le chercher ailleurs (d’où le nombre élevé de divorces). Au final, c’est une vision très autocentrée de l’amour, et par conséquent, ce n’est pas de l’amour.

    L’amour ce n’est pas les papillons dans le ventre qu’on ressent quand on est attiré par quelqu’un. Ce n’est pas non plus chercher son propre profit, ou chercher chez l’autre quelque chose pour se rassurer lorsqu’on n’a pas confiance en soit. Les papillons dans le ventre ne sont pas éternels car il s’agit surtout d’attirance, et c’est la première étape d’une relation, qui nous pousse les uns vers les autres, pour ensuite, développer un véritable amour. Quand à ce que nous apporte l’autre, on ne peut se baser sur ça pour toujours, car c’est oublier que l’autre personne n’est PAS parfaite, et qu’il y aura TOUJOURS un moment où elle échouera à nous apporter ce qu’on attend. Et de même pour nous.

    Alors au final, c’est quoi l’amour ?

    « L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux, l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne meurt jamais. »

    Comment peut-on combiner cette vision de l’amour, avec celle de l’auto centrisme, où chacun pense d'abord à soi et refuse de se marier, de manière à se laisser une porte de sortie "au cas-où" ?

    Ne plus vouloir se lier éternellement avec quelqu’un, d’accord, mais alors il ne faut pas parler d’amour. L’amour, c’est se donner entièrement à l’autre, c’est le choisir encore et encore, peu importe les difficultés. Et le mariage représente tout cela. L’amour est donc avant tout un choix, comme je le disais. Ce n’est pas ce qu’on ressent (car nos sentiments ne sont jamais stables, sont souvent trompeurs, et ne reflètent pas toujours la réalité), ce n’est pas ce que l’autre nous apporte. L’amour est l’abandon du « soi », pour créer un « nous », une entité unie pour toujours, certes imparfaite car composée de deux individus imparfaits, mais qui ensemble, est plus forte que le « soi ». C’est aussi l’illustration de la complémentarité entre homme et femme, qui mettent leurs différences à profit pour créer cette entité.
     
  7. Frugalité

    Frugalité Nouveau membre

    Inscription:
    28/11/16
    Messages:
    16
    Genre :
    Appréciations:
    +12
    Sur ta conception de l'amour et du mariage, je suis parfaitement d'accord avec ce que tu as dit jusqu'à maintenant. Le plus important à retenir serait 'L’amour est donc avant tout un choix', c'est la différence fondamentale entre l'amour dans la culture populaire et la définition que tu nous proposes en introduction.


    Je rajouterais tout de même que le mariage devrait occuper une place fondamentale dans la société, en tant que stabilisateur à la fois pour l'individu et la communauté. Un mariage, soyons honnête, sera surtout davantage de contraintes, de responsabilités, et de devoirs pour les personnes impliquées.

    Mais ce sont des contraintes positives. Une ligne directrice concise, efficace, mais ferme, permettant à l'individu un accès simple au bonheur.
    Les personnes ayant déjà pratiqué des activités créatives ont sans doute déjà fait face à un vide, un blocage, qui apparaît lorsqu'aucune contrainte ne nous attend. Ecrire un poème ex-nihilo, c'est vraiment très dur. Mais si on nous impose un thème sur lequel composer en alexandrin par exemple, cela devient tout de suite beaucoup plus simple d'écrire quelque chose de beau.

    Nous souhaitons tous accomplir de grandes choses dans la vie, tracer notre propre chemin, choisir nos règles et contraintes. Il y a eu dans l'histoire beaucoup d'individus exceptionnels qui ont fait cela, mais l'individu moyen est par définition moyen. C'est donc formidable de pouvoir donner à tous cette ligne de vie. Qu'une personne peu brillante et douée ait la chance de réussir sa vie et y trouver un sens en respectant des règles simples: marie-toi, reste fidèle, trouve un emploi pour subvenir aux besoins de ta famille et fais des enfants; c'est juste merveilleux je trouve.

    Il y a également cette notion de don de soi. S'engager dans un mariage, avant tout s'attendre à plus donner que recevoir. Cette mentalité, c'est la base d'une vie de communauté saine et dont tout le monde bénéficie. J'ai pas mes statistiques sous le bras mais il y a par exemple une nette différence de taux de criminalité entre homme marié et non marié.


    Nos attentes du mariage ont changé, et la mise en place progressive de l'état providence lui a fait perdre une certaine utilité. Il y a 200 ans, élever un enfant seul pour la classe moyenne, ça me semble plutôt inenvisageable. De même le divorce à 45 ans, vu le taux d'emploi chez les femmes, c'était une personne à la rue ou à la charge de la communauté. Evidemment que c'était très mal vu de divorcer.
    Mais aujourd'hui c'est tout à fait possible (difficilement) grâce aux aides dédiées aux familles monoparentales. Le divorce tardif est de même facilement envisageable sans baisse notable du niveau de vie.
    Cela ne s'est pas fait immédiatement évidemment, on progresse petit à petit vers une égalité homme-femme dans tous les domaines, d'où le recul progressif de l'âge moyen du mariage. En supprimant la complémentarité, le mariage n'est plus un besoin, mais un luxe.

    Cela s'illustre facilement par la légalisation du mariage homosexuel; ce qui servait autrefois de fondation solide et immuable à la famille est aujourd'hui considéré comme un acte de reconnaissance formel de l'amour.

    Comme évoqué plus haut, la magie de Disney et nos folles envies de romantismes nous font surtout considérer le mariage comme une conclusion à l'amour (ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants...). Forcément, foncer tête baissée dedans en se disant que tout continuera comme avant, c'est la garantie du divorce. Les sentiments du début de relation vont inéluctablement disparaître, et être remplacés par d'autres. Sans volonté forte de les susciter et les accueillir, un couple aura du mal à reste ensemble autrement que par habitude, plutôt que par amour.
    @lyka_lo disait que l'amour était un choix, je renchérirais en disant que l'amour est une promesse, cela commence réellement après une forme d'engagement définitive.

    Absolument. Encore faut-il la trouver la bonne.

    Tout à fait. Je pense que beaucoup de tensions survenues dans le monde occidental ces dernières années viennent du fait que nous recherchons tous une place, un rôle à jouer qui nous soit propre au sein de notre communauté.
    L'interchangeabilité parfaite entre deux individus vers laquelle nous nous dirigeons sera à terme vraiment néfaste sur le plan psychologique, l'institution du mariage peut y remédier, dans une certaine mesure.




    Après, tout ton discours m'a mené à quelques interrogations. Serais-tu capable de mener un mariage après t'être rendue compte que ton compagnon n'en a pas la même conception que toi ? Après un adultère par exemple ? Ton amour pourrait-il vraiment tout pardonner ?
     
    • J'aime 1
    • Wouah 1
  8. BeerHappy

    BeerHappy Membre actif

    Inscription:
    23/11/16
    Messages:
    461
    Appréciations:
    +279
    Et pourtant c'est vrai, si on se met en couple c'est parce qu'on recherche quelque chose chez l'autre, sinon on ne serait pas en couple. Tu le dis toi même : Nous sommes imparfaits, alors on cherche une part de perfection quelques part.

    Pleins de gens se mettent en couple parce qu'ils ont peur d'être seuls, parce qu'ils ont besoin que quelqu'un soit avec eux, les encourage, les aide à se surpasser. Nous sommes les béquilles de l'autre et vice-verca, des pansements.
    C'est pas un mal, je trouve que c'est carrément humain.

    Tu parles beaucoup de choix de se marier mais dans les religions, le mariage n'est-il pas une forme quasi-obligatoire ? J'ai jamais vu de chrétiens/musulmans ou juifs célibataires passés un certain âge, ils se marient quasi-tous et ont évidemment tous des enfants.
    Bien sûr je n'exclu pas les athées : Le mariage est également culturelle en plus d'être religieux.

    Le mariage ne peut pas être un "choix" : Le mariage est une forme de pression, les vieux célibataires se cachent et c'est quelque chose de mal vu (pas mal vu dans le sens "c'est mal", mais plus dans le sens que c'est "pathétique") en particulier chez les femmes.

    C'est pas parce que le mariage a fait des couples heureux qu'il n'est pas problématique et justement il serait temps qu'on arrête de sacraliser le mariage en le dépannant comme une fin heureuse alors que le mariage (et la famille par extension) peut être une source de problèmes.

    Ah bon ? El famoso "complémentarité" quand le mariage est-elle même la source des inégalités entre les hommes et les femmes ? Les femmes sont perdantes quand elles se marient.
    Elles arrêtent leur travail ou doivent endosser travail+foyer, elles peuvent avoir des complications lorsqu'elles sont enceintes à cause des congés maternités et subissent la charge mentale ménagère.
    Où est le "nous", où est l'égalité quand l'un trime plus que l'autre et que cela est approuvé par la majorité ?
     
    #8 BeerHappy, 7/1/18
    Dernière édition: 7/1/18
  9. Jesus Jenjirah

    Jesus Jenjirah Membre chevronné

    Inscription:
    15/11/16
    Messages:
    822
    Genre :
    Appréciations:
    +511
    Sous Petain, le divorce avait été rendu très difficile
    Pendant de nombreuse année. Il été très mal vue d'être une femme divorcé. On jugeait que c'était de l'instabilité.
    De plus. La vision sur la famille a changé. Avant la famille était sacré et au dessus de l'individus.
    Avec le temps on a changé et on a valorisé la place de l'individus.
    Des films comme Sur La route de Madison où une femme abandonne ses ambitions personnelles pour sa famille n'existerait plus.
    Alors cela à ses avantages comme ses inconvénientes certes
    + on pourrait rajouter la pression religieuse qui a été très importante de nombreuse année.

    + La France est un pays où le celibat est critiqué

    En France, on pense que les gens celibataire après 30 ans ne font rien de leur vie et n'ont pas de "vie" = enorme pression sociale.
     
  10. Maryland

    Maryland Membre

    Inscription:
    10/1/18
    Messages:
    95
    Genre :
    Appréciations:
    +92
    Je crois qu'on parle trop peu de l'impact purement psychologique du mariage et des conséquences que ce dernier a sur les relations amoureuses.

    Au delà du simple fait que maintenant on vit plus longtemps, qu'on a la possibilité de divorcer et donc qu'on peut beaucoup plus facilement avoir plusieurs partenaires au cours de sa vie... le mariage peut donner une sensation d'emprisonnement.

    Il existe des multitudes de raisons de se marier : religieuses, financières, ou simplement pour le symbole du lien amoureux que ça représente.
    Mais une fois que les débuts sont passés, une fois que l'excitation est retombée, une fois qu'on n'est plus des "jeunes mariés", je crois que le mariage renforce certains sentiments négatifs qu'on ressent au cours de sa vie : l'impression d'être enfermé, la peur d'avoir fait un mauvais choix, l'envie de changement, la sensation d'avoir vieilli.

    Je suis intimement persuadée que certaines ruptures sont causées directement par le mariage, et que beaucoup de couples auraient gardé leur stabilité s'ils ne s'étaient pas mariés.
    Donc ouais, je ne suis pas favorable au mariage au cours de ma vie. Je pense pas qu'on puisse être pour ou contre le principe car le mariage en lui-même n'est pas un problème de société, mais je n'ai pas envie de pourrir mes relations avec ça.

    Le mariage de mon point de vue c'est clairement de la poudre aux yeux, c'est essayer de trouver une stabilité qui va venir sur le moment puis retomber de toute façon, c'est essayer de se prouver qu'on vit un truc super intense et particulier... alors qu'on n'a aucunement besoin d'un contrat pour prouver tout cela.
     
  11. lyka_lo

    lyka_lo Membre actif

    Inscription:
    7/1/17
    Messages:
    337
    Médias:
    1
    Genre :
    Appréciations:
    +80
    Tout d’abord, je tiens à dire que je trouve ton message très intéressant et pertinent. :) Par rapport à tes questions :

    Pour ce qui est de la conception du mariage, je pense que c’est quelque chose dont on doit parler avant de franchir le pas, et pas seulement de manière superficielle. De plus, une préparation est nécessaire au mariage, aussi bien financière, matérielle, mais aussi mentale (et c’est celle-ci qu’on a tendance à oublier de nos jours). Il vaut mieux avoir toutes les ressources en main avant de se marier, même si ces ressources sont théoriques au départ. Lire des livres qui parlent de mariage et en discuter ensemble par la suite, se poser le plus de questions possible sur la vision de chacun (il existe par exemple des livres qui regroupent des questions à poser à son ou sa partenaire en vue du mariage), dialoguer avec des couples mariés, ainsi qu’avoir recours à des conseils prénuptiaux… tout ceci ne devrait pas être négligé.

    Les chrétiens, par exemple, sont notamment encouragés à se faire conseiller par un couple marié qui sera leur « mentor » en quelque chose, de manière à ce que l’homme et la femme qui veulent se marier puissent apprendre à leurs côtés et se préparer pour le mariage. Il se peut d’ailleurs que certains couples finissent par changer d’avis et se séparent, car se marier ne leur convient plus. Comme on dit, il vaut mieux prévenir que guérir, et il est crucial, selon moi, de mettre toutes les chances de son côté lorsqu’on est sur le point de prendre une décision aussi importante.

    Maintenant, il est vrai que le mariage n’empêche pas l’adultère, tout simplement car le mariage n’est pas quelque chose de magique, qui nous transforme en êtres parfaits au moment où on se passe la bague au doigt. L’individu reste le même, avec son libre arbitre, et la possibilité de tromper s’il le souhaite (que ce soit l’homme ou la femme d’ailleurs, puisque ce ne sont pas uniquement les hommes qui trompent).

    Ce n’est pas une situation facile, et chaque cas est différent, toutefois je pense qu’il y a une chose dont on doit se rappeler : le fait que dans un mariage, on s’engage à servir l’autre, dans le meilleur comme dans le pire. Donc oui, je pense qu’il est possible de pardonner un adultère, et j’en ai un exemple concret dans mon entourage. Mariés depuis 30 ans, il l’a trompé, elle lui a pardonné, et leur amour est plus fort aujourd’hui qu’il y a 10 ans. Toutefois, il y a plusieurs choses à considérer. D’abord, le fait que reconstruire sa relation de couple après avoir pardonné prend du temps, et est loin d’être facile. Il faut se rappeler chaque jour que l’on a pardonné, et renouveler ce pardon, car les ressentiments persisteront pendant un long moment. Ensuite, je pense très sincèrement que tous seuls, on ne peut pas y arriver. On dit souvent que le temps finit par tout guérir, mais c’est en réalité avec l’aide de Dieu, qui nous soutient, qu’on peut remonter la pente. On peut essayer d’y arriver sans lui, mais la blessure ne se cicatrisera jamais correctement, et à chaque fois que le souvenir du mal commis remontera à la surface, la blessure se rouvrira.

    Enfin, l’autre chose importante à prendre en compte est la réaction de celui qui a commis l’adultère. Cette personne s’est-elle réellement repentie, et veut-elle sincèrement faire des efforts pour reconstruire la relation brisée ? (j’admet ici que la tromperie a pris fin, cela va de soi) Encore une fois, le mariage étant un engagement à servir l’autre, il faut que les deux individus soient prêts à continuer de le faire, passé l’adultère, et à s’y tenir pour de bon.

    Dans ces conditions, oui, je crois quil est possible de pardonner, mais une fois de plus, avec l’aide de Dieu.

    Je pense donc que le véritable amour peut tout pardonner à condition que les deux partenaires travaillent et continuent à servir l’un l’autre. Les exceptions sont par exemple le mari qui bat sa femme, car dans ce cas-là, il ne s’agit pas de la servir, la faire passer en priorité, et par conséquent, il ne s’agit pas d’amour.

    Effectivement, on recherche quelque chose chez l’autre, car en tant qu’humains, on a besoin d’amour. C’est dans notre nature. Toutefois, l’erreur consiste à croire qu’on trouvera chez l’autre de quoi combler notre imperfection. Deux être imparfaits mis ensemble ne créent pas un ensemble parfait. Leurs imperfections, au lieu de s’annuler, s’additionnent.

    De manière générale, cette erreur ne s’applique pas qu’à l’amour et aux relations de couple. Chacun de nous a BESOIN de combler ce vide en nous, et chacun choisit la manière de le faire. Pour beaucoup, il s’agit de chercher une « part de perfection » comme tu le dis chez l’autre, d’autres remplissent ce vide avec l’argent, le sexe, ou encore le travail. Chacun de nous remplit ce vide comme il peut, avec souvent plusieurs éléments mis ensemble, mais ces derniers sont des fondations fragiles, qui finissent par s’écrouler un jour ou l’autre, car rien n’est parfait. Ainsi, chercher une part de perfection chez quelqu’un qui est lui-même imparfait relève de l’absurde, et apporte beaucoup de déceptions amoureuses, car l’autre personne n’arrivera JAMAIS à nous satisfaire pleinement. Il y aura TOUJOURS un moment où il fera quelque chose qui ne nous plaira pas, ou au contraire, où il échouera à faire ce qu’on attend de lui. C’est juste la réalité des choses, et il vaut mieux en être conscient. Le seul qui peut nous satisfaire complètement, c’est Dieu. Il s’agit de la seule perfection, la seule fondation solide qui ne s’effondrera jamais et sur laquelle on peut donc bâtir. C’est ce qui doit être au centre de tout mariage mais aussi de la vie de chacun. (on part dans un autre débat là, mais ça me paraît important d’en parler)


    Bien que je sois d’accord avec toi sur le fait que chacun peut (et doit !) encourager l’autre dans un couple, ainsi que l’aider à se surpasser, je te renvoie à ce que j’ai écris précédemment, au sujet de la seule fondation solide qui existe, que tu appelles béquille et pansements.

    Non, le mariage n’est jamais obligatoire, en tout cas pour les chrétiens. Il est d’ailleurs dit que toutes les personnes ne sont pas faites pour se marier, car certaines d’entre-elles sont mieux seules. (1 Corinthiens) Il n’est donc pas du tout encouragé de se marier dans ce cas-là. Maintenant, si le mariage est aussi important, c’est parce qu’il s’agit du cadre que Dieu a crée pour les couples, pas pour les limiter en leur interdisant certaines choses en dehors du mariage, mais pour leur bien. Je parle du fait d’habiter ensemble par exemple, mais aussi d’avoir des relations sexuelles. Ces dernières, quand elles ont lieu hors-mariage, causent des dommages irréversibles chez ceux qui les pratiquent. En effet, à chaque fois qu’on s’engage dans une relation sexuelle, on donne une part de nous-mêmes à l’autre, et cette part n’est pas récupérable. Le sexe est bien plus qu’un contact physique, c’est aussi un lien spirituel, qu’il est d’une part très dur de briser, et qui provoque, comme je l’ai dit, des blessures profondes. C’est donc pour protéger les hommes que Dieu a réservé ces relations pour le mariage, de manière à ce que chacun arrive entier dans le mariage, sans bagages émotionnels qui pourront entraver le couple et son intimité. Car dans tous les cas, il s’agit d’une blessure pour les deux partenaires, à la fois pour celui qui n’a pas attendu le mariage, comme pour celui qui a attendu et apprend que ce n’est pas le cas de l’autre.

    Après, il s’agit encore d’un tout autre débat, car il y a beaucoup à en dire. La majorité des personnes n’ont pas forcément conscience de cela, et moi-même, personnellement, je ne comprenais pas cette vision des choses jusqu’à il y a encore un an. Je trouvais le fait d’attendre jusqu’au mariage complètement dépassé et inutile, puis j’ai commencé à réaliser beaucoup de choses, de part mes expériences personnelles, mais aussi des témoignages aussi bien de gens autour de moi que sur internet.

    En tout cas, le mariage est bel et bien un choix, personne n’est forcé de se marier, et c’est même découragé pour ceux qui ne sont pas sûrs de vouloir passer leur vie entière avec quelqu’un d’autre. Et le choix se poursuit au-delà du mariage, car c’est, comme je le disais, le choix de CONTINUER d’aimer l’autre et de le servir, peu importe les difficultés rencontrées sur le chemin. (d’où l’expression « l’amour est un choix », et non pas simplement une attirance et des émotions (papillons dans le ventre…), qu’on ressent souvent au début d’une relation, et qui sont en réalité les prémices de l’amour) Pour ce qui est des enfants, là-encore, il s’agit du choix de chaque couple, d’en avoir ou non.

    Je n’ai jamais dit le contraire, le mariage a bel et bien ses sources de problèmes, et aucun mariage n’est tout rose. Toutefois, c’est la concrétisation de l’amour, où l’homme et la femme choisissent de ne faire plus qu’un (à la fois mentalement, mais aussi physiquement), et de mettre leur « moi » de côté pour créer un « nous » (c’est donc un acte sacré, effectivement). Bien sûr que c’est difficile, car encore une fois, nous ne sommes pas parfaits, mais ça en vaut la peine. Aussi, comme je le disais plus haut, il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte avant de franchir le cap, dont le fait de savoir si c’est vraiment ce que l’on veut, si l’autre a la même conception du mariage que nous, si nous sommes suffisamment préparés mentalement, et surtout, si on décide de laisser Dieu travailler en notre faveur ou non (et si ce n’est pas le cas, le mariage risque d’être d’autant plus compliqué).

    Alors, premièrement, chaque couple décide de la manière dont il veut mener son mariage. Les femmes sont suffisamment émancipées aujourd’hui pour travailler tout en ayant une famille. Et dans le cas où elles restent à la maison pour élever leurs enfants, oui il s’agit d’un don de soi, d’un sacrifice, mais fait par amour, et pour le bien des enfants en question. L’amour est aussi un sacrifice, en plus d’être un choix.

    Pour ce qui est des complications lors d’une grossesse, c’est simplement la nature, et non pas une discrimination sociale.

    En tout cas, je ne suis pas convaincue par le fait de dire que les femmes sont forcément malheureuses à cause du mariage et des enfants, car les hommes ont tout autant de responsabilités et de pression, notamment au travail (surtout s’il est le seul à travailler dans le couples), mais aussi à la maison, pour élever les enfants, et aider aux tâches ménagères. Tout est une question de communication, et de l’engagement à servir l’autre personne, encore une fois.

    Au delà du simple fait que maintenant on vit plus longtemps, qu'on a la possibilité de divorcer et donc qu'on peut beaucoup plus facilement avoir plusieurs partenaires au cours de sa vie... le mariage peut donner une sensation d'emprisonnement.

    Pour avoir pensé la même chose toute ma vie, avant de changer d’avis, je peux dire qu’il s’agit avant tout de creuser pour comprendre la source du problème. A l’heure actuelle, tout n’est qu’individualisme et matérialisme. Tout nous pousse à consommer toujours plus, en nous faisant croire que cela permettra d’être heureux, or c’est loin d’être le cas. Le mariage est difficile car comme je le disais, en tant qu’humains, on est égoïstes, et on a tendance à vouloir rechercher son profit avant tout. Le fait de constamment changer de partenaire nous permet de ne jamais se donner complètement, mais ça empêche aussi le véritable amour de se développer. On a tellement peur des difficultés, des sacrifices, qu’on préfère se « garder » en quelque sorte, en espérant combler le vide en nous par la multiplication des aventures, mais le fait est que ça ne marche jamais. C.S Lewis a dit : « Aimez quelque chose, et votre cœur sera certainement déchiré et probablement brisé. Si vous voulez être sûr de le garder intact, abstenez-vous de donner votre cœur à qui que ce soit, même à un animal. Enveloppez-le soigneusement dans le linceul de vos hobbies et de vos petits luxes ; évitez toute forme de relation ; enfermez votre cœur à clef dans un cercueil de votre égoïsme. Mais dans ce cercueil – sûr, obscur, immobile, sans air – il changera. Il ne se brisera pas, il deviendra incassable, impénétrable, indissoluble. L’alternative à la tragédie, ou du moins, au risque de la tragédie, est la damnation. »

    C’est bel et bien ce qu’on essaye de faire quand on refuse de se donner entièrement à une personne, à permettre à l’amour de se développer, et qu’au contraire, on passe d’une relation à une autre, sans attaches.

    Je pense qu’au contraire, rien n’est plus difficile que les débuts d’un mariage. Tout simplement parce que c’est là qu’il faut apprendre à vivre ensemble, à faire corps, et que tout d’un coup, le mariage n’apparaît plus comme cette chose idyllique et facile, puisque, encore une fois, c’est avant tout l’union entre deux être imparfaits. On constate d’ailleurs qu’il y a pleins de livres de conseils sur les débuts du mariage, et on dit souvent qu’un couple qui a passé les 5 premières années de mariage a une grande probabilité de rester ensemble toute la vie. Par la suite, si on se consacre à s’aimer et à servir l’un l’autre, l’amour ne peut que se développer, et à devenir de plus en plus profond. On arrive à l’acceptation totale de l’autre, qui fait désormais partie de nous-mêmes. Pour ce qui est de l’envie de changement, il y a pleins de solutions pour renouveler une relation, de changer des habitudes, etc. Et la sensation d’avoir vieilli, et bien… je sais pas, je pense que c’est quelque chose qu’on ressent tous au bout d’un certain temps, qu’on soit marié ou pas, non ? ^^

    D’après ce que je lis en tout cas, je crois surtout qu’il s’agit d’une peur de l’engagement (dont j’ai déjà parlé, en faisant référence à l’égoïsme qu’on a tous en nous), et des responsabilités, qui font également partie du mariage. Mais ici aussi, tout revient au fait qu’en tant qu’humains, on voudrait d’abord être à son propre service, et assouvir ses propres désirs et intérêts. Toutefois, le mariage nous permet de se découvrir soi-même (car on n’a pas forcément conscience d’à quel point on peut être égoïste et égocentrique lorsqu’on n’est pas marié, tout comme on n’a pas forcément conscience de tout son potentiel, sa capacité à faire face aux difficultés, etc), de s’améliorer en pensant à l’autre en priorité, et finalement, à grandir.
     
  12. Nayra

    Nayra Membre actif

    Inscription:
    27/9/17
    Messages:
    122
    Genre :
    Appréciations:
    +57
    Je trouve que le mariage est nécessaire... si l'on n'a pas confiance en les hommes ^^'.
    Nan sérieusement. Le mariage est une attache, comme tu le dis. Il empêche les mères abandonnées (ça fait petit animal dans la rue, dit comme ça) et les enfants n'ayant pas connu l'un de leur deux parents. Un mariage est unique, et je ne comprend pas comment on peut divorcer aussi facilement... Ce ne sont pas des petits-amis, mais des mariés ! On peut divorcer, mais quand c'est une femme comme Madonna qui divorce quatre fois dans sa vie, fallait pas se marier ! Notez le coup de gueule... Reste zen, Nayra, reste zen... Voilà, alors le mariage est unique, et si l'on n'est pas sûr de pouvoir supporter son prochain, on dit "Non", tout simplement.
    Et pour MON mariage, je suis encore jeune... Et quand les autres veulent se marier à 21 ans, moi, j'en sais absolument rien (avenir incertain).
    Voilà.
     
  13. Nelodika

    Nelodika Membre

    Inscription:
    8/12/16
    Messages:
    67
    Appréciations:
    +14
    Une question me taraude l'esprit, pour toi, si la personne n'a pas exactement la meme vision du mariage que toi, tu penses que ce mariage est voue a l'echec ?

    Ex : L'un croit en Dieu l'autre non, mais celui-ci, aimant l'autre va faire le "sacrifice" de se marier "devant Dieu" ?

    Ne penses-tu pas que cette relation a autant de chances qu'une autre, grace aux principes et aux sacrifices de chacun ?
     
  14. Nayra

    Nayra Membre actif

    Inscription:
    27/9/17
    Messages:
    122
    Genre :
    Appréciations:
    +57
    Moi, je trouve que c'est un mariage comme un autre, et si les mariés ont des enfants, on laisse ces derniers choisir en leur apprenant les préceptes des deux religions.

    Des personnes se convertissent pour se marier avec l'être aimé, par exemple, quand un non-musulman veut se marier avec une musulmane, il se convertit.
     
  15. Nelodika

    Nelodika Membre

    Inscription:
    8/12/16
    Messages:
    67
    Appréciations:
    +14
    Se convertir pour se marier ne veut pas dire que tu vas croire en ta nouvelle religion, ça ne veut pas dire grand chose à mon humble avis.

    Mon exemple était plutôt dans le sens inverse de ce que tu as compris et je m'excuse si ce n'était pas clair, ce que je voulais dire c'est que bien évidemment la personne va faire un "sacrifice" pour l'être aimé, et je ne trouve pas que cela soit dérangeant comme pourrait l'entendre l'auteur, de ce que j'ai pu lire, d'où ma question.
     
Chargement...