1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

Offensive Turque sur Afrin

Discussion dans 'International' démarrée par FmN, 10/3/18.

  1. FmN

    FmN Membre actif

    Inscription:
    16/11/16
    Messages:
    156
    Médias:
    2
    Genre :
    Appréciations:
    +90
    En fin janvier l'armée turque, appuyée par des groupes rebelles islamistes, avait lancé une offensive contre les territoires contrôlés par les forces kurdes près de sa frontière et s'approche aujourd'hui de la ville d'Afrin.

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.



    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.



    Erdogan n'a jamais caché son ambition de détruire les forces du PYD (parti indépendantiste kurde), considérées comme terroristes par la Turquie. Sauf que ces troupes représentaient jusque là la principale force d'opposition à l'Etat islamique dans la région, et étaient plus ou moins épaulées dans ce combat par tout les groupes luttant contre l'EI, dont la coalition internationale menée par les US, l'aviation russe, certains groupes rebelles syriens anti-Assad et les forces loyalistes pro-Assad.

    Seulement depuis la situation a radicalement changé, les forces kurdes ayant largement repoussé les percées de DAESH dans la région, au prix d'un lourd tribut. Les anciennes alliances de circonstances se sont alors vite défaites; en accord avec Ankara, Poutine a libéré l'espace aérien au-dessus des secteurs kurdes, permettant l'avancée de l'armée Turque. La coalition internationale semble avoir décidé de laisser faire, et les forces kurdes ne sont plus assistées que par les rares groupes rebelles non-islamistes et quelques forces loyalistes.

    L'armée Turque est précédée dans son invasion par des groupes rebelles salafistes, peu différents au final de l'Etat Islamique, qui organisent le nettoyage ethnique des secteurs capturés et commettent des exactions, avec la bénédiction d'Erdogan et le regard complice de la communauté internationale.

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.



    Près de 900 000 civils vivent à Afrin et le risque est fort de voir se reproduire un drame humanitaire de plus dans ce conflit.

    Plusieurs volontaires étrangers du Bataillon international de libération (un Français, un Espagnol, un Néerlandais et un Islandais) qui avaient pris part aux combats contre Daesh ont par ailleurs été tués dans ce conflit, sans que ça ne provoque plus de réaction de la part des gouvernements occidentaux.

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.

     
  2. Forest-Source

    Forest-Source Membre actif

    Inscription:
    10/5/18
    Messages:
    107
    Genre :
    Appréciations:
    +87
    L'abandon des kurdes par la communauté internationale m'a révolté au plus haut point...en effet les kurdes, en tout cas en Irak, ont été les premiers à combattre l'EI alors que l'armée régulière prenait ses jambes à son cou et abandonnait civils et territoires aux djihadistes. Les kurdes, malgré leurs défauts, ont été les premiers à se lever et à prendre les armes et plusieurs puissances européennes et occidentales n'ont pas hésité à envoyer des formateurs et des ressources matérielles afin d'en faire le fer de lance de la lutte anti-EI.

    Ce qui me laisse dans l'incompréhension la plus totale, c'est qu'on laisse Erdogan faire ce qu'il veut dans la région alors qu'on sait très bien qu'il représente l'un des plus grands dangers que le Moyen-Orient ait jamais connu depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Au delà du fait qu'il est un islamiste fascisant et mégalomane qui détruit la riche société turque, sa politique étrangère devient de plus en plus agressive et difforme. Pourtant présent au sein de l'OTAN (qui de base ne sert à rien et sert uniquement à asseoir l'impérialisme américain), les européens et américains feignent de s'inquiéter pour les droits de l'Homme et les kurdes tandis que ces derniers leur faisait confiance. Ce n'est pas de la realpolitik ou même une politique pragmatique, simplement une des plus grande hypocrisie du XXIème siècle.

    Les kurdes méritent un Etat selon moi, ou au moins un statut confédéral autonome unifié ou non, permettant l'émancipation culturelle et sociale ainsi qu'une politique économique plus ou moins libre. Le traité de Lausanne est une injustice honteuse. Toutefois, si je défends les kurde, je me dois bien de peser le pour et le contre, restant fidèle à mes convictions : plusieurs responsables kurdes, notamment au sein des Forces Démocratiques Syriennes ou des peshmergas d'Irak ont cru bon de conquérir des territoires qui s'étendent au delà des frontières du Kurdistan et de s'y maintenir sans aucune légitimité, ce qui à mes yeux a décrédibilisé une partie de leur stratégie. D'accord pour aider à la reconquête nationale, mais en aucun cas pour voler des terres se situant en dehors de leurs zones de contrôle habituelles. Le problème étant que la connerie de quelques uns a impacté le courage et les efforts de la majorité, citons par exemple les bêtises précipités de Massoud Barzani, président du Kurdistan d'Irak, qui a cru, malgré les erreurs du gouvernement de Bagdad, d'imposer un référendum illégal n'ayant même pas été organisé dans de bonnes conditions. Mais tout cela n'excuse certes pas l'abandon honteux des kurdes par la communauté internationale. J'essaye juste d'exposer mon opinion, nuancée et impartiale.
     
  3. FmN

    FmN Membre actif

    Inscription:
    16/11/16
    Messages:
    156
    Médias:
    2
    Genre :
    Appréciations:
    +90
    Je suppose que tu fais référence au Kurdistan Syrien et je suis assez d'accord sur le fait que le PYD a déclaré la zone autonome sans vraiment de légitimité, mais en même temps sans leur action ces territoires seraient probablement tombés aux mains de groupes islamistes, ce qui aurait été beaucoup plus dommageable pour la population locale.

    D'accord sur Barzani aussi, vu d'occident on a souvent tendance à parler "des kurdes" comme d'un groupe homogène, et en l’occurrence Barzani et le PDK représentent surtout les intérêts de la bourgeoisie réactionnaire kurde, à l'opposé du PYD.
     
  4. Forest-Source

    Forest-Source Membre actif

    Inscription:
    10/5/18
    Messages:
    107
    Genre :
    Appréciations:
    +87
    Oui en effet je parlais des fameuses FDS qui sont en réalité largement constituées de kurdes. Il est vrai que sans leur action, la situation syrienne serait pire aujourd'hui, et El-Assad ne vaut pas mieux que les islamistes radicaux, même si je reste persuadé qu'on ne pourra pas le virer du pouvoir. La solution serait plutôt de faire pression sur lui pour le forcer à gouverner avec l'opposition, y compris avec les kurdes, sinon l'autocratie de Damas déclenchera de nouveau les immenses fractures inter communautaires que nous connaissons aujourd'hui.

    Je ne savais pas que Barzani était de ce bord politique, j'ai souvent eu tendance à voir les forces militaires kurdes comme majoritairement marxistes ou socialistes radicales, voire anarchistes. Je devrais me renseigner un peu plus là dessus :)
     
Chargement...