1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

Naît-on criminel ou le devient-on ?

Discussion dans 'Débats' démarrée par Vénus, 13/3/18.

  1. Vénus

    Vénus Nouveau membre

    Inscription:
    8/3/18
    Messages:
    7
    Genre :
    Appréciations:
    +2
    J'ai fait quelques recherches mais je n'ai pas encore vu de débat sur ce sujet, alors je me lance.

    Comme dit dans le titre : Naît-on criminel ou le devient-on ?

    J'ai vu récemment dans un article qui date de 2014 ceci :

    Bonjour visiteur, merci de vous inscrire ou de vous connecter pour pouvoir consulter ce lien.



    Personnellement, je ne pense pas qu'un quelconque gêne soit à l'origine des meurtres, viols ou agressions. Selon moi, on devient criminel à la suite d'expériences, d’événements tragiques, d'une enfance mal vécu, etc. Le cerveau se développe pendant notre enfance alors une grande partie des expériences vécues pendant cette période nous fait devenir la personne que l'on est.
    Ce n'était que mon avis personnel, mais j'aimerai connaître le votre pour enrichir ma réflexion.

    Ce débat n'est en aucun cas un défouloir alors respectez vos pairs et ne soyez pas agressif. Chacun d'entre nous a le droit d'avoir sa propre opinion.

    En espérant que ce débat vous inspire.
    A vos claviers !
     
  2. Julile

    Julile Membre actif

    Inscription:
    4/12/17
    Messages:
    318
    Genre :
    Appréciations:
    +234
    Et bien il y a peut être une part génétique programmée dans le cerveau qui pousse certaines personnes à être plus facilement violents mais je pense également que la construction de la personnalité à travers l'enfance et les diverses expériences poussera l'individu à des comportements violents et potentiellement à des actes criminels.
     
    • J'aime 1
  3. Saiko_55

    Saiko_55 Membre actif

    Inscription:
    21/11/17
    Messages:
    219
    Genre :
    Appréciations:
    +58
    La construction a travers l enfance me fait penser a l'existentialisme de Sartre (je l ai vu le mois passé a l ecole XD)
    Avec la fameuse phrase "L'existence precede l'essence" qui signifie que l homme se forge enle fonction de ses choix et donc son essence change tout au long de sa vie, jusqu a se figer au moment ou il meurt. Donc d apres ca, etre un criminel ne viendrait donc pas d un gene mais plutot des choix fais par la personne :)
     
  4. BRJ

    BRJ Membre chevronné

    Inscription:
    27/11/16
    Messages:
    822
    Médias:
    17
    Genre :
    Appréciations:
    +501
    Comme d'hab t'as deux types de déterminismes.
    Un "interne", c-à-d génétique, dont les progrès monstrueux à venir dans la recherche risquent d'alourdir le poids. Et un "externe', c-à-d lié à l'environnement social, économique et culturel ; bien mieux connu mais tout de même très important.

    Enfin, il ne faut pas voir la collision de ces deux facteurs comme une addition type 50/50, mais plutôt comme un emboitement flou et situationnel entre les contraintes imposées par l'environnement de l'individu (au sein des différentes instances socialisatrices qu'il traverse durant sa vie et en fonction des situations où il y a action) et les possibilités offertes par sa génétique.

    Sans vouloir trop m'avancer, un individu "prédisposé" à la criminalité par sa génétique n'aura pas tendance à agir comme tel si son environnement l'en empêche, tout comme un individu héréditairement réfractaire à la délinquance risque d'entreprendre de tels actes si les conditions sont réunis.
     
    #4 BRJ, 13/3/18
    Dernière édition: 13/3/18
    • J'aime 2
    • J'adore 1
  5. TonFuturAmant

    TonFuturAmant Nouveau membre

    Inscription:
    28/2/18
    Messages:
    40
    Appréciations:
    +21
    On naît avec des prédispositions à la violence, mais on devient criminel , quand on est pas sujet à des troubles mentaux.
     
    • J'aime 1
  6. Heian

    Heian Membre actif

    Inscription:
    14/1/17
    Messages:
    264
    Genre :
    Appréciations:
    +126
    On le devient.
    On peut avoir des prédispositions, mais c'est l'interaction entre ses prédispositions et l'environnement qui vont jouer. Sachant qu'on peut devenir un criminel sur le tard, ou en être un jeune et se recadrer. Ou alterner plusieurs fois.
    C'est une affaire de trajectoire développementale, tu peux prendre toutes les précautions du monde pour un enfant (biologiques, environnementales), y aura toujours un infime risque que ça dégénère à cause d'un événement. Et inversement, tu peux avoir toutes les prédispositions pour mal tourner et au final te retrouver homme politique (cf Malcolm X).

    Et aussi, on peut faire dire n'importe quoi à des chiffres, c'est à prendre avec des énormes pincettes. J'ai pas lu l'article, mais c'est possible que les gens avec ces gènes là se retrouvent dans des environnements similaires qui favorisent ces comportements.
    Pour prendre un exemple grossier, les arabes et les noirs, curieusement en Afrique ils sont pas pareils que chez nous, en survet et à semer les flics.
     
  7. blabla12

    blabla12 Membre actif

    Inscription:
    10/2/17
    Messages:
    473
    Appréciations:
    +243
    Comme mes vdd, je pense que les deux jouent.
    Après, déjà, il faut savoir que l'environnement joue sur l'expressions des gênes, et que ça aussi, ça se transmet. Donc c'est peut être bien plus lié que ce qu'on peut croire, et qu'un traumatisme dans l'enfance peut jouer sur la génétique, et donc influencer les comportement, et pas l'inverse... Mais c'est à prendre avec des pincettes, on en est encore au début de la génétique et de l'épigénétique.

    Pour ceux que ça intéresse, la série Mind Hunter traite de ce sujet. Du fait que les tueurs en séries ont eu une enfance difficile, etc...
    Pour moi la question ce serait plus : si c'est de la faute de l'environnement et/ou de la génétique, est-ce vraiment la faute de l'individu? Peut-on lui pardonner?
    Et finalement, je trouve que si on y réfléchit, ce n'est pas si évident que ça.
    Ça veut pas dire que je pense qu'il ne faille pas de justice, plus qu'on pourrait les aider plutôt que des les enfermer bêtement entre criminels, avant qu'ils ne sortent et ne récidivent...
     
    • J'aime 2
  8. FleurRebelle

    FleurRebelle Membre actif

    Inscription:
    6/5/17
    Messages:
    120
    Genre :
    Appréciations:
    +18
    On devient criminel, imaginez un enfant de criminel élevé par une autre famille sans jamais lui expliqué, cette enfant aura pris les traits de caractères de sa famille d'accueil
     
  9. AuroreUllysse

    AuroreUllysse Membre

    Inscription:
    6/3/18
    Messages:
    74
    Genre :
    Appréciations:
    +34
    La littéraire de service ( qui en S mais on s'en fiche, je lis plus de bouquin que les L. ) vous propose de lire le livre L'empire des Auras de N.Coste. En fait dans le livre il sépare les criminels des gens bien pensant a cause de leur aura. Bon je crois que vous êtes un peu vieux pour ce genre de livre ( a moins d'être aussi gamin que moi ). Mais je me sentais obliger de le cité.

    Je suis d'accord avec vous.
    J'ai au moins appris quelque chose sur le déterminisme.

    Peut-on donc s'affranchir de ses gènes. Ne pas être ce a quoi on est prédisposé. On a étudié a la base, après l'acte fait mais il faudrait mieux s'interroger sur les bébé plutôt que sur les adultes non ?

    Enfin, il est bien précisé que l'expérience est évasive, valable que pour la Finlande. Il n'y a pas assez d'information pour étayer la thèse.
    Je ferais remarquer un passage de l'article

    Etant donné le caractère extrêmement répandu de ces gènes (en particulier le gène MAOA muté), parler de "gènes de la violence" serait "une énorme exagération", selon le Pr Jan Schnupp (Neuroscience, Oxford)

    Je ne connais pas ce professeur mais je pense qu'il est assez imminent pour savoir quelque chose.

    - Opposition !
    - Oui qu'est ce qu'il y a ?
    - Vous savez comment la communauté scientifique accepte les nouvelles théories. Nous savons tous comme Wegner a été jugé sur sa théorie de la dérive des continents.
    - Oui. On l'a traité de fou. La communauté scientifique de l'époque ne l'a pas cru. La découverte de la sismographie a montrer que le sous-sol de la terre était constitué de roches dure et donc impossible que ses roches se déplace. Cela a été enterré
    - Alors qu'il avait raison
    - Oui
    - Je citerais même Copernic et Galilée, plus connu qui ont été jugé. Vous connaissez le tableau
    -- Procès de Galilée devant l'Inquisition en 1633. Je connais. Mais là a ces deux époques la place L'Eglise dirigeait tout. Les scientifiques se basait sur la Bible. La bible rendez vous compte.
    --Oui
    --Pas d'autre argument. Je vous dit que les scientifiques en cherchant une explication a tout ou par manque de connaissance peuvent ce tromper. J'ai deux exemples. Voulez vous que je vous les exposer
    -- Oui
    --Première étude. Les scientifiques voulait savoir si l'optimiste maintenait en vie plus longtemps que le pessimiste.
    -- Vous savez tout de même que sourire fait vieillir votre visage
    --Vous êtes obligé de m'interrompre. Je disais donc que deux groupes de scientifique se sont attelé a la chose a partir de photo Pas dans le même pays, pas la même année. Et bien sache que les premiers ont trouvé que ceux qui souriait sur la photo vivait plus longtemps que ceux qui ne souriait pas.
    -- Et les autres
    -- Ils ont trouvé le contraire
    -- Elle est sur ta théorie.
    -- J'ai lu ça dans le journal. ça prouve bien que les scientifiques n'ont pas toujours raison.
    -- Hum. Tu avais un deuxième exemple
    -- Oui quand Coppens a trouver Lucy. Il a dit que les australopithèques s'était relevé, avait adopté la position debout pour pouvoir voir le danger
    -- Et ?
    -- Et c'est faux. Les australopithèque était trop petit par rapport au herbe de la savane.
    -- Donc on s'est pas pourquoi il se sont relever
    -- Non mais on le découvrira un jour. La science a toujours établi des théories. Certaines ne sont plus valables mais elle construisent l'avenir de la science. Elle en sont le terreau.
    -- Toute résultats d'expérience est bon a prendre mais il faut relativiser. Ce n'est pas forcément la vérité
    -- Oh la mon ami nous lançons pas sur la Vérité. C'est au philosophe de répondre a cette question


    Voila mon imagination débordante c'est un peu emballer. Vous avez l'autorisation de ne pas lire, de dire que je suis complètement cinglé. De dire que ce que je viens de raconter n'est pas politiquement correct, de dire que c'est inconvenant, que ces mots porte atteinte a personne, que j'enterre le débat et toute critique. Je ne le prendrais pas mal...
     
  10. BRJ

    BRJ Membre chevronné

    Inscription:
    27/11/16
    Messages:
    822
    Médias:
    17
    Genre :
    Appréciations:
    +501
    On peut rendre compte de nos déterminismes, tenter d'agir dessus (thérapie génique, réformes des institutions, ...) mais on ne peut pas, à mon avis, agir directement hors de ceux-ci lorsque nous sommes dans une situation "d'urgence" (donc presque toute les situations de la vie de tout les jours). Hors la responsabilité présuppose d'être la cause première de nos actions, donc celle-ci n'existe pas sans un raisonnement long et "pur" (c-à-d en prenant compte de tout les déterminismes en jeu avant d'agir, chose mentalement impossible car nous sommes limités dans notre capacité à réfléchir).

    La notion de responsabilité n'a donc pas de réalité psychique, mais reste une justification nécessaire au fonctionnement de plusieurs modes de régulation sociale : l'éloignement des déviants dangereux par l'emprisonnement, l'ordonnancement par le mérite, etc ...
    On ne peut pas s'en passer donc on doit agir au maximum sur nos déterminismes pour réduire cette nécessité.
     
    • J'aime 1
    • J'adore 1
  11. ...

    ... Membre

    Inscription:
    10/12/16
    Messages:
    55
    Genre :
    Appréciations:
    +19
    Ce sont nos actes qui font ce que nous sommes. Après c'est sûr que certains sont plus susceptibles... mais ce n'est jamais certain, on ne peut rien prédire.
     
  12. siom

    siom Membre actif

    Inscription:
    29/11/16
    Messages:
    114
    Genre :
    Appréciations:
    +3
    L’enfance et autre événement fait pas tout il y a aussi des traits génétiques, tu prends 2 personnes en situation de pauvreté, une personne qui a aucun sens moral qui sait pas ce qui est bien ou mal et sans aucun remord à faire une chose illégale il braquera une banque ou autre alors que une autre personne dans la même situation qui a un sens moral, qui sait ce qui est mal et qui sait qu’il faut rien faire d’illégal essaiera de s’en sortir autrement que par le crime
     
Chargement...