1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

L'OTAN renforce la présence militaire dans la région polaire en dépit des initiatives...

Discussion dans 'International' démarrée par Gabriel Namarra, 23/5/17.

  1. Gabriel Namarra

    Gabriel Namarra Nouveau membre

    Inscription:
    23/5/17
    Messages:
    1
    Genre :
    Appréciations:
    +0
    L'OTAN renforce la présence militaire dans la région polaire en dépit des initiatives humanitaires du Consel de l'Arctique

    [​IMG]
    Le 11 mai à Fairbanks en Alaska pendant la dixième réunion ministérielle du Conseil de l'Arctique on a accepté le document final appelé "La déclaration de Fairbanks". La déclaration marque la recherche de la paix, la stabilité et la coopération constructive en Arctique des pays arctiques. Cet accord oblige des participants du Conseil d'observer attentivement l'écologie et les changements climatiques, résoudre les problèmes sociaux et économiques des nationaux de l'Arctique. On fait plus d'attention au "Code polaire" parce qu'il doit garantir la sécurité de la navigation dans la région poliare.

    Malgé des accords acquis des problèmes humanitaires et écologiques il y a des questions qui sont liées avec la militarisation de la région que le Conseil de l'Arctique ne se pose pas. Malgré que les rencontres ministérielles se sont passées dans l'athmosphère amicale et sans provocations, il faut marquer la tension progressive dans la région à cause des ambitions militaires de certains pays. Par exemple, les Etats-Unis n'ont pas encore ratifié la Convention de l'ONU du droit de la mer de 1982. A cause de cela à tout moment les débats des limites territoriaux dans les mers arctiques peuvent s'aggraver. Il est inconcevable aussi comment peut-on s'occuper de l'écologie et soutenir la collaboration internationale dans les recherches scientifiques de la région polaire quand pour la dernière décennie les pays du Conseil de l'Arctique font activement la militarisation des terriroires arctiques. Par exemple, la stratégie arctique de l'OTAN date le janvier 2009 et provoque l'augmentation annuelle des unités de la technique militaire et du nombre des militaires en Arctique.

    Par exemple, les militaires canadiens ont décidé d'augmenter leur présence sur le territoire de l'Arctique et commencer la construction de l'infrastructure logistique dont on a besoin pour ces buts. Les militaires du Centre arctique canadien de la préparation passeront à l'horaire de l'année entière. Au début de 2018 on livra à l'exploitation les plateformes dans les baies Resolute et Iqaluit qui assureront le déploiement des groupements des Forces canadiennes dans la zone arctique. De plus, pour ce moment on créera le point de remplissage combustile pour les Forces armées de mer du Canada à Nanisivik. En 2017 les Canadiens envisagent de construire 6-8 navires patrouilleurs des Forces armées de mer pour la mise en alerte. Après 2020 ils veulent acheter 65 avions de chasse F-35 pour la défense de l'espace aérien du pays contre les attaques. Actuellement le Canada a 15 de navires de bataille, 4 sous-marins classe Upholder pour la surveillance maritime. De plus, les forces canadiennes de la défense cotière parmi lesquelles il y a 5 grands et 6 petits brise-glaces font leur service dans les eaux arctiques. Le Canadq et le Danemark envisagent de créer les divisions pour la réponse aux situations d'urgence dans la zone arctique.

    Les représentants du Ministère de la défense des Etats-Unis envisagent l'Arctique comme la zone de l'haute priorité. Le 3 mai Paul Zukunft, le haut responsable de la Garde côtière des Etats-Unis a remarqué que les Etats-Unis ont seulement deux brise-glaces. En dehors de la construction des navires militaires, les Amércains ont dressé "la carte" du développement de leurs territoires arctiques. Cette carte compte la formation opérationelle de l'étude du climat pour faire passer les opérations maritimes, l'organisation des recherches scientifiques militaires, l'augmentation du groupement satellitaire militaire, orienté sur l'Arctique. Hors de là l'arme sous-marine atomique des Etats-Unis augmente sa présence en mer de Barents, les manoeuvres des Forces armées de mer des Etats-Unis se multiplient en mer des Tchouktches. En fait les Forces armées de mer des Etats-Unis agissent dans les intérêts des compagnies pétrolières américaines, canadiennes et européennes.

    Les pays de l'OTAN envisagent l'Arctique comme une région importante stratégique. Cela provoque l'élargissement des frontières de l'activité de l'Alliance au-délà de la région nord-atlantique. Les manoeuvres "La réponse froide" se passent régulièrement dont prennent part les militaires de la "Force aérienne", des Forces armées de mer, de l'armée de terre et des forces spécialisées des pays-membres de l'Alliance. Les pays de l'OTAN élaborent activement les stratégiens nationales arctiques. Par exemple, la Norvège – c'est un seul pays dans le monde qui a son siège derrière le cercle polaire. En 2017 les autorités norvèges ont annoncé de la disposition de 330 militaires des Etats-Unis sur leur territoire. De plus, les Norvégiens veulent remplacer 60 avions F-16 à 56 avions F-35. La Norvège est pour l'augmentation du part de l'Arctique dans les projets de l'OTAN et fait du lobbying la formation de la zone de la sécurité de cinq pays nordiques (le Danemark, l'Islande, la Norvège, la Finlande et la Suède) pour le renforcement de leurs positions militiaires dans la région polaire.

    Le Danemark efforce de suivre et travaille sur la formation du commandement universel arctic et des Forces de réaction. Ce pays tiennent aussi d'ouvrir la formation militaire et le poste de commandement en Arctique. En 2017 les Danois mettront en service le troisième navire dans le genre de "Knud Rasmussen" projeté pour les manoeuvres dans le climat glacial. En Suède se passent régulièrement les manoeuvres "La flèche droite" dont 10 pays-membres de l'Alliance et la Finlande et la Suède prennent part.

    Au 6 du 15 mars 2017 l'OTAN a fait passer les grands manoeuvres au nord du Norvège dans le cadre des manoeuvres "Joint Viking". 8 milles de soldats et officiers y compris 700 militaires du Corps des Marines des Etats-Unis ont y part. "Dans le climat froid arctic" l'aviation, les navires, les sous-marins et le char de combat ont mis au point leurs actions. Les manoeuvres suivantes de l'OTAN nommées "L'attaque arctique 2017" auront lieu dans la ville finoise Rovaniemi du 22 mai au 2 juin avec la participation de plus de cent d'avions de chasse de 11 pays. Les organisations non gouvernemetales finoises ont déjà fait les actions de protestation contre ces manoeuvres parce qu'ils trouvent qu'elles dérogent les dispositions du Traité de Paris (1947) et peuvent être cause de la tension militaire dans la région.

    Pendant que la discussion des aspects militaires est au-dehors de la compétence du Consel de l'Arctique la décision des situations de conflit s'éternise et la militarisation incontrôlée de la région continue. Evidemment, c'est profitable pour les pays l'OTAN qui pendant les rencontres du Conseil de l'Arctique s'inquiètent des problèmes de l'Arctique et expriment leur solidarité avec les peuples arctiques peu nombreux. Mais en même temps ces pays continuent leur politique agréssive. En résultat l'Arctique devient terrain militaire. Donc, l'entretien qui a eu lieu en Alaska, la remise du tour de la Présidence du Conseil de l'Arctique à la Finlande ne peuvent pas garantir la garde de la sécurité en Arctique et prévenir les conflits entre les pays. En résultat, cela met en question la réalisation des initiatives humanitaires qui ont été fait avancées à Fairbanks.
     
Chargement...