1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

Le végétarisme

Par Jeika, 4/10/18 | | |
Note:
3.66667/5,
  1. Jeika
    "Le végétarisme", article de Maggie-mauve.

    [​IMG]


    Au boulot, dans votre groupe d’amis, dans votre famille ou même à la télé, vous avez forcément déjà eu affaire à quelqu’un disant « ne pas manger des cadavres » ; mais pourquoi ? C’est vrai, l’Homme a toujours mangé de la viande, depuis la préhistoire il a toujours chassé, et puis comment résister à un bon poulet rôti ou un bon grec de temps en temps ? On a l’impression que les végétariens sont de plus en plus nombreux, qu’ils se reproduisent sans cesse et qu’ils cherchent à tout prix à vous contaminer. Seulement vous n’y voyez que des inconvénients ; carence en protéines, rupture des habitudes, et puis vous ne vous voyez pas manger uniquement des légumes jusqu’à la fin de votre vie.

    Alors étudions ce phénomène d’un peu plus près :


    Qu’est-ce que le végétarien ? Le vegan ?

    Le végétarien ne mange juste « pas de cadavres » : il se nourrit encore d’œufs, de lait, de beurre, de miel…

    Le végétalien ne mange plus de viande ni de produits d’origine animale, et le vegan, est un végétalien qui refuse également de porter du cuir ou de la fourrure, ou refuse certains aliments comme certaines bananes car elles ont probablement été cueillies par des singes exploités pour grimper aux arbres, il ne s’amuse pas non plus des jeux du cirque et n’emmène pas son enfant en promenade au zoo. Il refuse l’exploitation animale, quel qu’elle soit, il ne veut pas la financer. Pour lui ce n’est donc pas juste une habitude alimentaire mais un mode de vie à proprement parler, car il rejette toutes formes de cruauté animale dans sa vie.

    Mais quelle idée de refuser cette si bonne tranche de saucisse sèche ?

    Il faut savoir que le végétarien (ou vegan) l’est soit pour des raisons de santé, soit pour des raisons écologiques et éthiques, soit même les deux à la fois.
    La plupart du temps, le végétarien ne veut plus cautionner le système qui colle aux animaux l’étiquette “aliments pour humains”, ni les souffrances endurées par ces derniers de la naissance à leur abattage.

    A l’époque de cro-magnon, la consommation de viande était indispensable dans le sens où l’Homme se nourrissait de ce qu’il trouvait sur son chemin et que les végétaux comestibles n’étaient pas assez courants pour couvrir une alimentation complète. Seulement aujourd’hui on a appris à cultiver des fruits, des légumes, des céréales, et on peut en trouver très facilement (autant en les cultivant soi-même qu’en les achetant) et le régime omnivore n’est donc plus nécessaire à notre société actuelle.

    D’ailleurs les médias et les autorités de santé ne cessent de remettre en avant notre consommation excessive de sel, de sucre, de graisses mais aussi de protéines animales ainsi que le manque de fruits et légumes dans notre alimentation quotidienne, pourtant un français continue à consommer environ 74 kilogrammes de viande par an (soit 200 grammes par jour).
    Il a même été prouvé que les végétariens ont une meilleure espérance de vie, moins de risques de maladies cardio-vasculaires, rhumatismales et d’allergies.

    Les fruits et légumes ont un pouvoir antioxydant et leurs fibres facilitent la digestion (pourtant, 20% des français affirment être constipés à cause d’un manque de fibres), tandis qu’un excès de viande rouge entraîne un risque de cancer colorectal, celui d’acides gras saturés et de cholestérol (issus des graisses d’origine animale) entraîne un risque de maladies cardio-vasculaires, celui de produits laitiers un risque de cancer de la prostate, du sein, du côlon et du rectum, celui de purines (viandes, fruits de mer et alcool) des rhumatismes, celui de fer encore des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2, sans parler des risques par exemple de salmonelle ou de listeria par la consommation de produits contaminés par des agents infectieux classiques, ou de l’impact de la pollution sur la santé de l’Homme.

    Pourquoi parler de pollution alors qu’on parlait de viande?

    - Car l’utilisation des terres et le changement d’utilisation des terres ainsi que le secteur de l’élevage représente 9% du CO2 dérivant des activités humaines et produisent une grande quantité de gaz à effet de serre (responsable de 65% des émissions de hémioxyde d’azote ayant un potentiel de réchauffement global 296 fois plus élevé que le CO2),

    - Car le secteur de l’élevage utilise 30% de toute la surface émergée de la terre, que des forêts sont défrichées pour créer de nouveaux pâturages, où 70% des anciennes forêts d’Amazonie ont été converties en pâturages et où 20% des terres utilisées pour le pâturage sont dégradées justement par le surpâturage, et les animaux bouchers et laitiers représentent 20% de la biomasse animale terrestre.

    [​IMG]

    [​IMG]

    - Car on ne compte pas les agents polluants présents dans les déchets animaux, les antibiotiques et hormones qu’on leur a donnés, les produits chimiques utilisés par les tanneries, les engrais et pesticides pulvérisés sur les cultures fourragères qui nécessitent une grande quantité d’eau et réduit donc la reconstitution des eaux souterraines et superficielles : pour 1 kilogramme de boeuf, on a besoin de 15 500 litres d’eau, pour 1 kilogramme de poulet: 1 900 litres, pour 1 kilogramme de fromage: 5 000 litres.


    [​IMG]

    La dernière colonne montre de quoi est composé notre impact total sur l’environnement et on voit que la production animale en représente un grande partie.


    Ah et aussi : pour produire 1 kg de viande de boeuf, on nécessite de 10 kg de protéines végétales. (Trouvez la logique : pourquoi ne pas consommer directement les protéines végétales plutôt que de les utiliser pour manger un animal innocent ?) Et dans un boeuf de 800 kg, seuls 39% sont consommables (soit 308kg). Le reste (tête, os, entrailles, sabots, peau…) ne peuvent qu’être incinérés, ce qui produit des déchets et donc des émissions de gaz à effet de serre en plus.

    Il faut aussi savoir que la production de protéines animales nécessite 6 à 20 fois plus d’énergies fossiles que celle de soja (notamment avec l’utilisation d’engrais à base d’azote, qui passe dans l’estomac et donc dans la chair de la viande que vous mangez).

    Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais 46 000 000 d’animaux sont tués en France par jour. C’est juste énorme. Si on faisait pareil avec les Hommes, en une journée et demie, tout notre pays serait dévasté. Sauf qu’on fait ça pour eux.

    Et puis là je ne vais sans doute rien vous apprendre, mais la surpêche est un désastre qui perdure encore à travers le monde, induisant la disparition progressive de nombre d’espèces de poissons et autres êtres vivants aquatiques, et la dispersion de 3,4 litres de carburant (par le chalutier) par kilogramme de poisson.

    Ah mais oui, j’oubliais : on a trouvé une solution ! L’aquaculture ! Qui nécessite de nouveaux territoires et rejets de substances toxiques et modifie l’équilibre génétiques des populations de poissons sauvages…


    Passons maintenant à des raisons simplement éthiques

    La quasi totalité des animaux d’élevage sont abattus ou meurent prématurément de leurs conditions de vie.

    Après 2 ans et demi, une vache devient moins productive voire stérile à force d’être engrossée de force chaque année pour donner du lait à l’Homme plutôt qu’à son petit et est envoyée à l’abattoir pour finir dans les burgers de chez McDonald’s alors qu’elle pourrait vivre 20 ans de plus. Et si par malheur, le petit qu’elle a donné de force est un mâle, il ne peut pas produire de lait et est très rapidement tué également. C’est le monde à l’envers.

    Chez les poules pondeuses, c’est l’abattoir au bout de 15 mois (pour 15 ans d’espérance de vie), et pour les mêmes raisons, les poussins mâles se retrouvent dans les nuggets chez KFC.

    Il ne faut pas oublier que les animaux sont des êtres sensibles, ils ressentent la douleur, la joie, la tristesse, la peur. Ils ne communiquent peut-être pas de la même façon que nous par la parole mais les gestes sont les mêmes. Ce sont des êtres sensibles qui ont le désir de vivre. Ils peuvent très bien tomber en dépression, vivre de l’anxiété comme nous, humains. Pouvons-nous justifier moralement le fait d’ôter la vie d’un animal lorsque ce n’est pas nécessaire pour notre survie ?

    Tout cela car le secteur mondial de l’élevage assure 40% de l’agriculture, faisant vivre 1,3 milliards d’Hommes. Alors que nous sommes 7,5 milliards sur terre, on voit donc bien que 5,2 milliards d’entre nous arrivons à vivre sans viande.

    Un végétarien consommant des produits issus du calvaire de la production animale intensive (omelettes, yaourts…) peut d’ailleurs provoquer plus de souffrances qu’un omnivore limitant sa consommation animale et choisissant bien ses produits (agriculture biologique, Label rouge, achat directement au producteur, oeufs de plein air plutôt qu’élevés en cage).
    Pour les végétariens stricts qui lisent cet article, sachez également que de la présure (morceau de l’estomac de veaux) est présent dans nombre de fromages pour la coagulation du lait… (Si vous voulez éviter d’en manger, lisez la liste d’ingrédients sur le paquet).



    Si l’on observe l’Homme, on peut voir qu’il n’a ni la force physique, ni la vitesse de déplacement, ni les longues canines tranchantes, ni les griffes acérées d’un prédateur :

    A titre indicatif, l’Homme est muni de molaires plates, de canines et d’incisives trop peu tranchantes pour retirer efficacement la viande des cadavres qu’il a chassé pour la manger et d’un système digestif long pour bien digérer et récupérer le maximum de nutriments présents dans les végétaux alors que celui d’un prédateur est plus court pour éviter que la viande ne macère et ronge à l’intérieur.

    L’Homme n’est donc, par nature, pas un prédateur et n’est pas fait pour ingérer et digérer correctement de la viande. Il le peut mais pas sans risques pour sa santé. Se pose alors la question : pourquoi l’Homme consomme-t-il de la viande ?

    La réponse se trouve dans le fait que c’est devenu une tradition, et même un loisir pour certains (chasse), que les médias ne cessent de nous faire croire que nous en avons besoin pour avoir un apport en protéines correct, que beaucoup de personnes trouvent que cela a bon goût et que tout comme dans les produits sucrés, la viande notamment de supermarchés contient des additifs.

    Mais sans viande il est forcément carencé en protéines, non ?

    Eh bien non ! De nombreuses légumineuses existent justement dans le but d’apporter une dose suffisante de protéines à l’Homme (et à d’autres êtres vivants), ainsi qu’une dose de calories plus faible et de fibres plus élevée:

    Pour commencer, qu'est-ce qu’une protéine ? Et à quoi sert-elle?

    Une protéine (ou protide) a avant tout un rôle plastique, bâtisseur et structurel dans l’organisme (aide au développement des muscles, à la réparation de la peau, peut être précurseur d’hormones).

    Les protéines sont constitués d’acides aminés; il en existe 20 différents mais 8 d’entre eux sont dits “essentiels”, c’est à dire que l’organisme humain est incapable de les synthétiser, il est alors indispensable pour l’Homme de les ajouter à son alimentation.

    Seulement on nous fait croire, encore aujourd’hui que ces 8 acides aminés essentiels ne sont présents uniquement ou presque dans les viandes, oeufs et produits laitiers, alors que les protéines végétales en sont aussi riches :

    Parmi eux on trouve:
    • la lysine, présente dans le seigle, le soja et les fèves de lima, elle favorise la croissance osseuse, la formation de collagène et de défenses immunitaires;
    • la méthionine, présente dans les germes de blé, les graines de tournesol, le soja, l’avocat, les lentilles, les fèves, les oignons… favorisant le travail du foie dans l’élimination des graisses;

    • la phénylalanine, présente dans les pois et racines féculentes, les graines, les noix, les algues, et est un précurseur d’adrénaline, de dopamine et de phényléthylamine (régulateur de l’humeur);

    • la tryptophane, présente dans le riz brun, le soja, les amandes et les arachides, est un précurseur de sérotonine et de mélatonine (hormones du sommeil, du bien être et de l’appétit)

    • la valine, présente dans les graines, le soja, les arachides, les champignons,

    • la leucine, présente dans les céréales complètes, le blé, le riz, le soja, les noix, les fèves;

    • l’isoleucine, présente dans les germes de blé, les graines, les noix, les fèves.
    Et dans une journée, un végétarien a largement de quoi faire des repas comprenant chacun de ces acides aminés, de quoi être en bonne santé et sans carence en protéines.

    La viande est certes, riche en protéines, mais une surconsommation de celle-ci entraîne des risques pour la santé, car la viande est aussi composée d’acides gras saturés qu’il est conseillé d’éviter dans son alimentation. Surconsommation de viande égale à une quantité excessive de protéines ET d’acides gras saturés. Quelqu’excès qui soit est dangereux pour le corps humain. Si la viande est riche de toutes les protéines qu’on trouve dans la nature c’est parce que ces animaux mangent des plantes et synthétisent toutes les protéines de manière efficace.

    De plus, beaucoup de sportifs refusent un régime végétarien parce qu’ils ont peur pour le prise de masse; hors ce ne sont pas vraiment les protéines mais plutôt l’insuline, une hormone produite par le pancréas lors de la consommation de sucre, qui est responsable de ce phénomène.

    Il faut aussi que je vous parle de la spiruline, une algue que l’on trouve séchée en pharmacie, comprenant ces 8 acides aminés et apportant un complément en protéine (végétal) hors du commun, ainsi que de l’ortie (oui oui cette plante à feuilles qui pique sur le bord des routes), ayant exactement les mêmes propriétés, sans compter que pour réveiller le matin, elle est encore plus efficace qu’une tasse de café ou même qu’un rail de coke...

    Et puis des petits génies ont su inventer pleins de bonnes recette pour avoir sa dose de protéines, dans des formes très variées et délicieuses !


    [​IMG]


    En voici la preuve:

    [Recette prochainement]


    En conclusion, certes la viande peut avoir bon goût et avoir un apport en protéines plus fort et plus direct, mais sa production est une catastrophe pour la planète, d’autant plus qu’on trouve toutes ses propriétés dans les végétaux. Son apport nutritif serait intéressant à discuter si seulement tous les rajouts et les graisses dans la viande n’en faisait pas un produit dangereux pour la santé de l’Homme. Sans parler des souffrances infligées aux animaux, de leur naissance à leur abattage, ce dernier se passant, selon les cas, parfois directement à la naissance ou dans les quelques premiers mois de la vie de l’animal.
    La surconsommation de viande est un réel problème. Pour éviter cela et les problèmes de santé dû à des carences, il est conseillé d'ajouter à son alimentation en priorité des légumes, légumineuses et fruits. Naturellement, la consommation de viande baissera sauf si cela est toujours une priorité pour vous.


    Sources:

    http://www.lait-vache.info/
    http://www.fondationbrigittebardot.fr/agir/consommer-autrement/vegetarisme
    https://vegebon.wordpress.com/2010/02/08/pourquoi-devenir-vegetarien-raison-1-environnement/
    http://www.fao.org/newsroom/FR/news/2006/1000448/index.html
    https://www.vegetarisme.fr/wp-content/uploads/2017/03/Mon-Doc-Nutrition-1-les-Proteines-WEB-1.pdf
    http://www.dur-a-avaler.com/sommes-nous-de-veritables-omnivores/
    http://mercivegan.fr/pourquoi-devenir-vegan
    http://www.biolineaires.com/les_acides_amines_essentiels/
    http://www.les-acides-amines.com/
    Mes connaissances personnelles, mes cours de sciences appliquées de l’alimentaire.

    Partager cet article

    Princesse., Ellana PM, Jokies et 2 autres personnes aiment ce message.

Critiques récentes

  1. Keplair
    "Prêt pour fracasser des façades de boucherie ?"
    3/5, Note : 3/5 7/10/18
    C'est sympa mais c'est clairement dirigé comme article :)
    1. Jeika
      Hm c'est vrai que le parti pris végan est quand même gênant. Imaginez si on était tous végans ou si on faisait plus attention à notre consommation de viande ayaaa l'espèce humaine ne disparaîtrait pas.
  2. doucik
    "Vraiment pour un monde meilleur ?"
    3/5, Note : 3/5 4/10/18
    Points positifs - J'ai aimé les points environnementaux et sur les pratiques honteux dans certains abattoirs
    Points négatifs - Je n'ai pas aimé le partie pris de l'article.
    Lire mon post en bas de l'article. Je n'avais pas encore vu cette fonctionnalité.
  3. Laetitia P
    "Très intéressant"
    5/5, Note : 5/5 4/10/18
    Points positifs - Très bien documenté
    Points négatifs - Une position peut-être un peu orientée (mais est-ce négatif ?)
    Certes, les progrès dans l'agro-alimentaire permettent de se passer de viande.
    Le refus de se laisser inféoder au "système" est légitime et salutaire.

    L'homme est omnivore et certaines substances nécessaire à son équilibre sont contenues en quantité dans l'animal (viande, poisson).

    Plus personnellement le côté gastronomique ne me laisse pas insensible et je dois reconnaître qu'il n'y a pas, à ma connaissance, de végétaux rivalisant avec la saveur d'une bonne entrecôte persillée à souhait. L'inverse est aussi vrai : aucune substance d'origine animale ne saurait avoir la saveur d'un bon plat de légumes, ou d'un bon fruit.

    Que ce soit de la nourriture d'origine animale ou végétale, nous bouffons à peu près n'importe quoi, et ton article aide à prendre conscience que ce n'est pas une fatalité pourvu que chacun se sente responsable de ce qu'il fait (ou non) pour sauver notre planète d'un désastre écologique dont nul ne peut complètement mesurer l'impact, ne serait-ce qu'à moyen terme....

Commentaires

Veuillez vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
  1. Keplair
    L'homme est devenu omnivore par évolution. Si ils avaient bouffé des cailloux et de la terre tu serais pas la pour en parler, du coup l'argument tout rincé de l'homme est pas omnivore il peut aller a la poubelle.
    C'est intéressant de défendre une idée, mais quand des arguments sont fallacieux, je me demande si tu veux a tout prix mettre le pied sur la tête de celui qui mange de la viande ou alors défendre ta position.

    Puis honnêtement ta spiruline, tes baies de goji etc, j'en bouffe depuis ma naissance, donc les végans qui prônent ça comme quelque chose de trop waw, fallait se renseigner plus tôt. Manger sain c'est une éducation, pas une formation, car alimenter les lobbys pharma avec vos vitamines de synthèse c'est mignon mais t'en parle pas de ta pollution avec tes gélules.



    Hormis ça, c'était intéressant, bien joué.
    1. View previous replies...
    2. Jeika
      Aïe tu n'as pas l'air de comprendre vraiment.
      "pour produire 1 kg de viande de boeuf, on nécessite de 10 kg de protéines végétales"
      Ça veut dire que si on arrête d'exploiter les animaux, on arrête la pollution liée à cette exploitation et on libère de la place pour l'agriculture. Ce qui veut dire qu'on stresse moins les terres à faire du rendement puisque la quantité produite naturellement sera suffisante.
    3. Jeika
      En attendant je ne vois toujours pas comment tu peux continuer à dire que l'exploitation fait vivre puisqu'au final elle ne fait que tout tuer.
    4. Keplair
      C'est justement la que tu as tout faux, les terre qui servent a nourrir les animaux, sont des terres inexploitables, pour faire pousser autre chose que de la céréale OGM. Après si tu amalgame ce que bouffe un animal et un homme comme étant la même chose et de la même nature.
      Au final les végans ils s'en battent les couilles de respecter la planète, ils pensent juste a leur caprice instagram de bobo parisien.
  2. Raahne
    Stop ce genre d'images d'illu.

    C'est pas en montrant une image d'un gosse triste qu'un pedophilpé arretera "d'aimer" les enfants.​
    1. Jeika
      Marrant, ce n'est pas le but recherché ici.
      Et puis c'est vrai que les carnistes c'est comparable aux pédophiles... Il est aussi difficile de devenir vegan que d'arrêter d'être attiré par des enfants.
  3. doucik
    fin

    La calcium et la vitamine D:

    "Un apport suffisant de calcium et de vitamine D est indispensable chez l’enfant et l’adolescent afin d’éviter le rachitisme, d’assurer une croissance normale, et à long terme de réduire le risque d’ostéoporose et de fractures ostéoporotiques. Il s’agit encore une fois d’une contre-indication au régime végétalien, mais le régime végétarien incluant l’apport de produits laitiers peut tout à fait convenir. Cela peut être complété par l’apport de calcium que l’on trouve dans certains légumes, notamment les choux. Une supplémentation en vitamine D, permettant une fixation du calcium, est justifiée jusqu’à l’âge de 1 à 5 ans, voire au-delà en fonction de la présence de certains facteurs de risque (peau très pigmentée ou faible exposition au soleil).

    Et de tel régimes peut emmener des troubles alimentaires tel que l’anorexie. Des personnes se cachent derrière de tel régimes pour justifier leur maigreur.

    En ce qui concerne la pollution, si déjà les personnes dans la vie de tous les jours, les usines et les pays émergents respectaient un peu plus l'environnement nous aurions beaucoup moins de problème alors incriminer les pets des vaches...

    L'homme est un prédateur, c'est pas parce qu'il n'est plus capable de manger à pleine dents de la viande crue qu'il n'est plus un prédateur. Nos ancêtres les hommes préhistoriques avaient de meilleur dents et l'évolution a fait que nous ne pouvons plus manger ainsi.

    Je suis d'accord que la production doit être revue car elle est bien trop intensive et pas assez proche du terroir. Ainsi que des méthodes d'abattage et de certains personnels douteux.
    1. Raahne
      Ptdr, c'est vrai que faire nos courses aux supermarchés c'est grave une attitude de prédateurs.

      On nous lâche 2 jours dans la nature et 80% de notre populass' crève ez pez
  4. doucik
    Sd poste

    Pour les carences en protéines. "Les éventuelles carences protéiques peuvent être facilement évitées dans le cadre d’un régime végétarien. Selon un dossier récent de l’Association Végétarienne de France, parmi les aliments ayant la concentration la plus élevée en protéine, une bonne partie seraient d’origine végétale (soja, lentilles, pois cassés, etc.). Il est cependant nécessaire de varier autant que possible les sources de protéines afin de fournir l’ensemble des 8 acides aminés essentiels non produits ou insuffisamment par notre organisme. En revanche, les enfants ayant subi un régime végétalien strict, s’ils ne sont pas nourris au sein, présentent un risque majeur de dénutrition et de malnutrition protéique. Les substituts végétaux improprement dénommés « laits », tels les laits de soja ou laits d’amande, peuvent à tort faire penser à un apport nutritif équivalent avec les produits laitiers standards, ce qui est loin d’être le cas. Ils sont donc également à déconseiller dans le cadre d’une alimentation équilibrée de l'enfant."
  5. doucik
    1er post


    Tu proposes donc de manger des fruits et des légumes pour remplacer la viande. Tu voudrais que la Terre entière soit un immense champ ?

    Et pourquoi montrer l'Amazonie alors que les français mangent la viande originaire de France.

    Pour les images L214 tous les bouchers de France sont évidement contre les sévices que l'on voit sur la vidéo. D'un point de vue morale d'abord puis aussi parce que une bête qui est stressé verra sa viande moins tendre.

    Puis tu parles d'un excès de viande rouge et que cet excès entraîne certaines maladies, j'ai envie de te dire que rien n'est bon dans l’excès.

    Puis un régime végétarien et surtout végétalien aux enfants n'est pas du tout conseillé.

    En ce qui concerne les carences:

    La vitamine B12 est absente de ces régimes. "Elle est nécessaire, car elle joue un rôle dans le fonctionnement normal du cerveau ainsi qu’au niveau cellulaire dans le fonctionnement du cycle de Krebs et la synthèse des purines, mécanismes impliqués dans la réplication cellulaire. Il est donc indispensable de compenser une éventuelle carence en vitamine B12 à l’aide de produits disponibles en pharmacie ou dans les magasins bio et certains supermarchés. On en trouve également dans certaines algues, mais il s’agit d’un équivalent principalement inactif de la vitamine B12, et leur consommation ne permet donc pas d’éviter la survenue de carences potentiellement dangereuses.Les carences en vitamine B12 peuvent se manifester notamment par des perturbations hématologiques (anémie, thrombopénie, voie pancytopénie) et des affections neurologiques."