1. Ce site utilise des cookies. En savoir plus.

Keltia episode 1: introduction aux langues celtiques

Par pbj, 28/4/19 | |
Tags:
  1. pbj
    H.jpg


    Demat!
    Je commence une série d'articles sur un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur: les langues celtiques, et plus précisément le Breton.
    Je cherche à partager une culture qui risque de disparaître, et le meilleur moyen de faire vivre les langues celtiques, c'est avant tout les présenter au grand public.
    Qui sait? Peut-être avec mes articles vais-je créer de nouveaux/elles bretonnant.e.s? :)
    Dans ce premier épisode, je vais présenter de manière très générale les langues celtiques,et leur situation actuelle. Il s'agit d'une sorte d'introduction pour les prochains articles.

    CEKOI?

    Les langues celtiques sont, comme le nom l'indique, l'expression linguistique de la culture celte. Issues des langues indo-européennes, elles furent pendant l'antiquité parlées dans presque toute l'Europe. Le Gaulois, par exemple, était une langue celtique.
    Néanmoins, les langues celtiques ont quasiment toutes disparues, à l’exception de six d'entre elles, qui continuent à être parlées. Elles se divisent en deux groupes: les langues gaéliques, sous influence du système linguistique irlandais et brittoniques, sous influence du système linguistique breton. La division n'est pas imperméable, mais elle se fait tout de même bien sentir. Les langues gaéliques sont plus ''douces'', sifflantes, anglicisées, tandis que les langues brittoniques ont tendance à être plus ''rudes'', plus ''rocailleuses''.
    Chacune de ces langues est représentative d'une nation celte.
    De manière globale, les langues celtiques se retrouvent autour de certains points commun, comme la mutation consonantique: l’orthographe d'un mot, et sa prononciation, varie en fonction de sa place dans la phrase. (ex: le mot ''Bro'', en Breton, signifie ''pays''. Dans certains cas, ce ne sera plus ''Bro'', mais ''Vro''.)

    langues gaéliques:

    -Gaélique irlandais (Gaeilge ), parlée dans toute l'Irlande et certaines zones de la diaspora Irlandaise.
    Le gaélique irlandais est la langue officielle de la république d'Irlande. Il a été sauvé de la disparition par une politique vigoureuse de redécouverte linguistique au moment de l'indépendance, son apprentissage est obligatoire pour les enfants. On estime qu'environ un tiers de la population adulte est capable de la parler, néanmoins il est nettement moins pratiqué au quotidien que l'Anglais, à l'exception de certaines zones, que l'on appelle Gaeltach.
    Dans le nord de l'Ile, c'est à dire la zone sous contrôle Britannique, parler Gaelique est souvent vu comme un signe d'appartenance au camp républicain, qui souhaite l'indépendance totale de l'Ile et le retrait des troupes britanniques.


    -Gaelique Ecossais (Gàidhlig), une variante Écossaise, encore parlée principalement dans l'ouest du pays, sur les Iles Hébrides. Suite à l'arrivée au pouvoir des indépendantistes du SNP en 2007, le déclin de la langue a ralenti, mais celle-ci n'est plus parlée que par environ 1% de la population

    -Le Mannois (Gailck), qui correspond à l'Ile de Mann, un petit Territoire entre l'Angleterre et l'Irlande. Apporté par les colons Irlandais, le Mannois reste parlé par un peut plus de 2% de la population, il connait ces dernières années une hausse importante de locuteurs.

    langues brittoniques
    -Le Cornique (Kernewek): Le territoire de Cornouailles se situe au sud-ouest de l'Angleterre. Le cornique a disparu au début du siècle, avant de renaître grâce aux efforts de linguistes et d'amoureux du pays, qui réalisèrent une version dite ''revitalisée'', c'est à dire modernisée sans pour autant perdre l'esprit des origines. Le cornique revient de loin, mais il n'est pas possible de dire actuellement si il parviendra à s'enraciner durablement dans la population.

    -Le Gallois (Cymraeg): la langue la plus vivace aujourd'hui: Plus d'un quart de la population la parle, principalement dans le nord du pays. Après un long passage à vide, la langue a nettement progressé face à l'anglais dans les années 90. Une évolution à suivre, car le pays de Galle comptera bientôt autant de locuteur celtophones dans sa population que l'Irlande.

    -Le Breton: la dernière langue celtique continentale, que l'on parle encore principalement dans le Finistère, et dans certaines zones du Morbihan et des côtes d'Armor. Il est parlé par approximativement 5% de la population. Un épisode prochain lui sera consacré. Le Breton est resté parlé par une majorité de la population jusqu'à la première guerre mondiale, avant de s'effondrer en quelques décennies suite à une politique linguistique désastreuse voulue par Paris.
    Il est difficile de dire si le Breton progresse ou régresse. Le nombre de locuteur est à nouveau stable, l'apprentissage chez les jeunes augmente, mais la situation est fragile et il est possible que la langue disparaisse dans les 20 prochaines années.

    LOL MDR CA SERT A RIEN ISSOU
    La critique qui est le plus souvent formulée aux jeunes qui cherchent à apprendre une langue celtique est que celle-ci ne ''sert à rien''.
    Il est vrai que le Breton, Ou le Gallois, n'ont pas d'utilité propre. On ne peut pas entrer à HEC business avec. Ces langues n'ont pas l'hégémonie mondiale de l'anglais, ni la dynamique du chinois. Le secteur de l'emploi reste limité.
    Mais, à vrai dire, qu'est-ce que l'utilité? L'art non plus n'a pas d'utilité matérielle.
    Il y a trois principales raisons pour lesquelles il est bon de chercher, au moins, à s'initier à ces langues
    -Premièrement, c'est une question d'identité culturelle. Un arbre peut-il pousser harmonieusement si il ne connaît pas ses racines? Des racines, nous en avons tous, d’où que nous soyons. Elles sont une force, un trésor pour chacun de nous. Il ne s'agit pas de chauvinisme nationaliste, ni de patriotisme. Aucune identité culturelle n'est à vrai dire meilleure qu'une autre. Mais elles sont toutes précieuses.
    Apprendre le Breton, ou le Basque, ou le Corse, c'est découvrir d’où on vient, c'est apprendre sa propre culture. C'est sauvegarder un patrimoine millénaire, transmis de génération génération face aux aléas de l'Histoire.
    -Deuxièmement, simplement pour la beauté de la langue. Hé oui, ça à l'air bête comme ça, mais les langues celtiques sont absolument magnifiques. Leurs sonorités tranchent avec les langues romaines, leur harmonie est unique. Tout comme une œuvre d'art, elles ne disposent pas d'utilité matérielle, mais d'une beauté certaine. Pas convaincus? Quelques classiques:




    -Troisièmement, pour l'ouverture culturelle. Apprendre une langue ne fais jamais de mal, et chaque langue est porteuse d'une culture spécifique. Si vous décidez de vous mettre au Breton, par exemple, vous allez découvrir un monde littéraire dont vous ignorez l'existence, aussi riche que complexe. Les Kann ar Diskan, les Gwerz, les chants bardiques, sont autant de signes d'une culture particulièrement portée sur les arts, et la poésie orale. Une culture que, justement, trop peut connaissent. Il s'agit d'un voyage que l'on ne regrette pas.

    Voila, dans le prochain épisode, nous ferons focus sur l'histoire de la langue Bretonne, de son heure de gloire à sa destruction programmée. Ce sera l'occasion d'entrer plus dans le vif du sujet.
    Ken ar Wech all! :)

    Partager cet article

    Kal4h aime ce message.

Commentaires

Veuillez vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.